Anglo-French Relations The Cloak of Secrecy A personal voyage of detection



George Kendall, Spy and a founder of Jamestown, Virginia

Animal hybridThe author then mentions ‘ la majesté de la Royns Elizabeth,’ of whom he states that he had a most gracious audience, speaks with gratitude of the favours which he received from Môsieur l’Admirai d’Angleterre, Môsieur Sicile (William Cecil), premier secretaire de la Royne ; and de Môsieur le Côte d’Arfort (Hertford) : records the liberality of ‘ Monseigneur le Côte de Candalle, de Monseigneur le Marquis de Trans, & de Monseigneur le Marquis de Nesle, qui estoient pour lors en ostage en Angleterre ; and thus returns to his hybrid : – ‘ Mais afin que nos reprenons les erres de nostre matière, cest animal monstreueux, que tu vois figuré au cômencement de ce chapitre, est engendré d’une Dogue d’Angleterre & d’un Ours : de sorte qu’il participe de 1 une & de l’autre nature : ce qui ne semblera estrange à ceux qui ont observé à Londres, côme les dogues & les ours sont logez en de petits cachots, les uns auprès des autres : & quand ilz sont en leur chaleurs, ceux qui sont députez pour les gouverner, enferment une ours & une Dogue ensemble, de sorte que pressez de lieurs fureurs naturelles, ilz convertissent leur cruauté en amour, & de telles conjunctions, naissent quelquefois des animaux sêblables a cestuy, encore que soit bien raremêt : entre lesquelz i’en ay observé deux, quon avoit donné à Monseigneur le Marquis de Trans : l’un duquel il fist present a Monsieur le conte d’Alphestan, ambassadeur de l’Empereur: l’autre qu’il a faict amener en France, sur lequel i’ay fait retirer cestuy au naturel, sas que le peintre y ait rien obmis.’

The author then goes on to cite instances of hybrids among quadrupeds, and thus continues: ‘ Mais afin de retourner à la descriptiô de nostre animal, duquel tu vois la figure si môstrueuse, qui ressemble à un ours racotirsy aussi avoit les gestes, le muglemët, & toutes ses autres façons de faire plus aprochantes de l’ours que du chië, mais ie te puis asseurer que c’est l’une des plus furieuses bestes que l’on puisse regarder : car il n’y a espèce d’animal auquel il ne s’attache, soit Ours, Lyon, Taureau & autres semblables : & si est si ardent en ses combatz, que depuis qu’il a mis la dent sur quelque beste, il se feroit plustost démembrer que laisser prise, côme i’ay veu par experience à Londres quand on le fist combatre “contre l’ours.” M. Boaistuau then alludes to the story of the hybrid engendered between a tiger and a bitch presented to Alexander the Great in India, and refers to Elian, Diodorus Siculus, Strabo, Plutarch and others.

 
 

Comments

There are currently no comments to display.

Add comment



7 + 4 =


Please note that your comment will be reviewed and may be edited before being published.